Glass Catch 2014

Le travail du verre chaud est une discipline qui impose au corps des conditions difficiles. C’est une lutte avec la matière, la chaleur. De ce sentiment de combat est né l’idée d’inverser les rôles, et de repousser le verre dans ses retranchements.Ce workshop s’articule autour de l’idée d’un affrontement entre le verre chaud et différents éléments. Les étudiants ont ramené un objet, un matériau qu’il souhaitaient confronter au verre chaud. Ils ont élaboré un plan d’attaque pensé par rapport à leur objet (action; frapper, enfoncer, recouvrir, noyer, tirer… / forme; appliquer l’objet à une forme soufflée, coulée… / processus; de quelle manière l’objet va entrer en contact avec le verre…).

La documentation photo ci-dessous témoigne des matchs et de l’expérimentation d’une gestuelle spécifique au verre chaud.

Références Bibliographique :

  • Ruth Dupré organise un petit-déjeuner dans un atelier, elle fait cuire ses oeufs et saucisses sur une plaque de verre chaud, souffle un bol et y verse du lait. Les chocs thermiques font craquer le verre.
  • François Azembourg avec son vase Douglas use petit à petit un moule en bois qui se consume au fur et à mesure des tirages.
  • Maria Espersen Bang : Dans sa série de vidéos « Pure Interaction » elle filme la transformation de la matière en expérimentant la réaction du verre chaud lorsque on y inclue des éléments extérieurs, comme par exemple un morceau de pomme…

 

Étudiants : Lucie Castel, Juliette DeFrance, Jean Doroszczuk, Margot Douay, Louise Germain, Anna Griot, Lucas Laperrière, Mathilde Rebillard

Enseignement : Sandrine Isambert, avec l’aimable participation de Jee Hee Kim

Publicités

Miroir Acide Argent

Les étudiants ont été amenés à interroger graphiquement et picturalement le support verre dans une démarche à plat et /ou en volume. Cela en mixant les spécificités des médias sérigraphie et photographie liées à ce support, comme l’encre miroir, les vernis structurants, les oxydes métalliques et l’émulsion argentique photosensible. Il s’agira également d’imaginer des dispositifs pour mettre en scène par l’accrochage ou l’installation, les différentes expérimentations ainsi obtenues (voir rubrique Expositions).

Equipe enseignante : Olivier Beiger, Bernard Bleny, Camille Bonnefoi, Yeun-Kyung Kim, Sandrine Isambert. Intervenant : Stéphane Lallemand.

Coburg Glass Prize : JeeHae Kim Lauréate du Dan Klein Memorial Award

Le Kunstsammlungen de la Veste Coburg organisent après 1977, 1985 et 2006 pour la quatrième fois le prix Coburg pour le verre contemporain – une compétition européenne. C’est l’événement le plus important dans le secteur du verre et il présente des œuvres contemporaines d’artistes internationaux. Au Veste Coburg et au Musée européen du verre moderne à Rödental sont présentés 170 œuvres d’art réalisées par 150 artistes venus de 26 pays.
Parallèlement aux objets soigneusement conçus créés avec la plus grande précision , de nombreux travaux avec une approche plus conceptuelle sont également exposés. Ce qui frappe chez eux, c’est l’utilisation de différents matériaux et médias.

Avec son installation « Rêve » Jee Hae à reçu le Dan Klein Memorial Award. De nombreux acteurs du milieu du verre (artistes, curateurs, journalistes) étaient présents à la cérémonie de remise de prix et d’inauguration. Un catalogue illustré de 280 pages a été édité.

Parmi les artistes sélectionnés pour l’exposition figurent également Marion Delarue, ancienne étudiante de la HEAR, ainsi que Michèle Pérozeni qui fut enseignante à l’atelier verre, Yeun Kyung Kim et Sandrine Isambert qui y enseigne actuellement.

Plus d’infos et de photos : http://www.kunstsammlungen-coburg.de/en/europaeisches-glasmuseum-glaspreis-2014.php