DIMENSIONS VARIABLES THCHNIQUES MIXTES

Exposition Artiste diplômés Art-OBJET

Du 29 octobre 2018 au 3 février 2019 

Vitrines du péristyle et de la galerie de Valois. Plais-Royal Paris

 

Paris, Ville-Monde par excellence

D’un côté la rue, les trottoirs, la vie… 

Des piétons pressés qui longent des kilomètres de vitrines, écrans plats des mondes consuméristes, barrières infranchissables matérialisant et séparant les rêves de la réalité. Des touristes désœuvrés à la recherche d’un temps perdu ou d’un souvenir abordable à rapporter comme preuve d’un périple organisé .Et soudain, plongées dans cette uniformisation mondialisée, comme une rupture, une série de propositions incongrues, peut-être le passage vers la quatrième dimension !

À proximité du Musée des Arts Décoratifs, le ministère de la culture offre ses vitrines, les ouvrent à de jeunes créateurs, artistes, auteurs… Comment qualifier ceux-ci, comment définir leur production ? Dimensions variables, Techniques mixtes, deux dates : « 2013-2018 »La difficile inscription dans les champs banalisés de la création constitue une partie de l’intérêt de leur travail. Le seul point commun qui puisse les relier, c’est leur passage dans les ateliers Art-Objet à la HEAR, Haute école des arts du Rhin, anciennement École supérieure des arts décoratifs de Strasbourg. Au sein de cette école d’art, l’option Art-Objet est composée de six ateliers : Bijou, Bois, Livre, Métal, Terre-Céramique et Verre. Elle fonctionne dans une alchimie de croisements, de rencontres et de partages d’expériences qui enrichissent un dialogue aboutissant à des parcours individuels et collectifs visant non pas à des clonages de génération en génération, mais au contraire à des singularités multiples.   Les outils traditionnels de l’artisanat y sont manipulés pour produire des « objets » étranges, étrangers, à mille lieues de la production « Tendance déco » qui prétend embellir nos cadres de vie… Objets d’une futilité dérangeante, parce que parlant avec beaucoup trop de lucidité du vide proposé, imposé comme la réalisation d’une utopie accessible sur catalogue interactif.

Des regards d’artistes sans complaisance, mais des regards actifs, et qui, à défaut de proposer des solutions élégantes et désabusées, savent poser les bonnes questions, de celles qui tentent de réinventer une vie dont le catastrophisme ambiant ne serait pas la seule issue…

 

Vous trouverez au lien suivant les photos de l’exposition au ministère

Publicités